Teofimo Lopez s’impose aux points !

Lomachenko peut s'en vouloir

Enorme sensation la nuit dernière à Las Vegas puisque c’est l’Américain Teofimo Lopez (16-0, 12 KO) qui réalise l’impossible en venant à bout de l’extraordinaire Vasyl Lomachenko (14-2, 10 KO) !

Celui que l’on pensait quasiment invincible a laissé filer trop de rounds dans la première partie de combat pour pouvoir prétendre s’octroyer la décision. Il faut dire qu’en face, Lopez a fait preuve d’une maturité impressionnante du haut de ses 23 ans, son bras avant tentaculaire ne permettant pas à Lomachenko de casser la distance facilement. Distillant principalement quelques frappes au corps bien senties, le jeune homme originaire de Brooklyn s’est adjugé sans trop de difficulté six des sept premières reprises. On pensait pourtant que « The Matrix » était prêt à dérouler après un deuxième round où il fit parler sa classe (mais de façon trop sporadique) pour surprendre Lopez à la face.

Le combat dont on avait rêvé finit par survenir à partir de la huitième reprise avec des échanges de hautes volées entre les deux hommes, principalement dominés par Lomachenko. On retrouva définitivement celui qui était digne du statut de meilleur boxeur toutes catégories confondues au onzième avec trois minutes d’une qualité exceptionnelle. Preuve qu’il a tout d’un grand, Lopez répliqua au douzième en empochant avec autorité ce round d’une formidable intensité, scellant ainsi une victoire méritée !

On pourra bien entendu pester contre la carte de Julie Ledermann avec un incompréhensible 119-109 en faveur de l’Américain tandis que ses deux collègues Tim Cheatham et Steve Weisfeld donnèrent respectivement 116-112 et 117-111, mais l’essentiel est que ce soit le bon boxeur qui a été récompensé.

Dans cette ère où quatre fédérations majeures détermine un champion du « Monde », Teofimo Lopez devient le premier boxeur a détenir ces quatre ceintures  dans la catégorie des poids légers, et ce à son seizième combat. Historique !

Même si on ne pourra qu’être frustré par la timide entame de l’Ukrainien, cette rencontre d’un très haut niveau tactique et technique restera à coup sûr le grand moment de cette année tronquée. On espère qu’une revanche (il n’y avait malheureusement pas de clause) permettra de reproduire les fabuleuses dernières reprises auxquelles on a assisté.

En combat d’encadrement, on eut droit à un duel de toute beauté entre deux sérieux prétendants aux titres dans cette pourtant si dense catégorie des poids super-légers. Malgré un knock-down subi au septième round (il fallu avoir recours à l’assistance vidéo), c’est le Californien Arnold Barboza (25-0, 10 KO) qui s’impose aux points devant son compatriote Alex Saucedo (30-2, 19 KO),  décidément coutumier des affrontement spectaculaires.

Les dix reprises furent extrêmement disputées mais Barboza se montra légèrement au-dessus en terme de technique, précision et activité et la décision unanime des juges en sa faveur (97-92, 97-92, 96-93) fut logique.

Egalement au programme, la sensation portoricaine des poids super-moyens Edgar Berlanda (15-0, 15 KO) poursuit sa série de victoire au premier round. Cette fois c’est l’Américain Lanel Bellows  (20-6-3, 13 KO) qui fut balayé de manière impressionnante par le jeune (23 ans) prodige.

 

Clément Alquier

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS