Dylan Bregeon sacré champion de France

Ce soir à la H-Arena de Nantes, Dylan Bregeon est devenu champion de France des poids lourd-légers en battant aux points (98-92; 98-92 et 97-93) Olivier Vautrain après un combat maîtrisé de bout en bout en bout par le Nantais. 

2400 spectateurs s’étaient massées dans cette magnifique arène pour un sommet national devenu également derby ligérien suite au forfait de Siril Makiadi. Vautrain et Bregeon ont longtemps été partenaires de mises de gants, moins souvent ces derniers temps, étant dans la même catégorie de poids et jouant les premiers rôles au niveau national, une rencontre  semblait tôt ou tard inéluctable pour les deux « potes ».

Dans ce genre de duel où chacun connaît les forces et les faiblesses de l’autre, le moindre détail à son importance. Le travail au corps de Dylan Bregeon dans les premiers rounds, un aspect tactique qu’Alban Georget nous confiera avoir mis en place avec son boxeur pour éprouver Olivier Vautrain dans la première partie du combat. Un plan stratégique qui s’est avéré rapidement payant. Il y eut peu d’échanges au premier round où les deux boxeurs se jaugeaient en tentant de deviner les intentions adverses. Chacun voulait trouver ses marques et le gaucher Vautrain et le droitier Bregeon se marchaient un peu sur les pieds, Bregeon déclenchait quelques coups et remportait cette reprise. Olivier Vautrain en recherche constante d’appuis , appuyait ses coups et un cross du gauche arrivait à la face du Nantais au second round. Un coup sec et puissant, Bregeon n’était pas ébranlé mais quelques gouttes de sang pelaient de son nez. Le combat était tendu, on sentait que cela pouvait partir à tout moment, Vautrain attendait l’ouverture pour placer son bras arrière ou pour entrer dans une bataille de prés, Bregeon ajustait ses coups au corps et peu à peu il sapait la résistant de son co-challenger.

L’une des clés du succès de Dylan Bregeon aura été la qualité de son bras avant qu’il utilisa à merveille pour stopper les velléités d’Olivier Vautrain et en préparation d’attaque. La précision de ce bras avant fit des dégâts sur le visage de l’élève de Stéphane et Roland Cazeaux qui finira le combat marqué sous l’œil droit et coupé à la paupière. La pression d’Olivier Vautrain s’est amoindrie en seconde partie de combat, le rythme avait été imposé par Bregeon et Vautrain baissait de pied. Dés l’entame de la septième reprise, O. Vautrain tentait un coup de poker, le même qui lui avait réussi face à H. Lofidi, il entamait ce round à fond, jouant son va tout en tentant de rentrer dans Bregeon. Le Nantais maîtrisait l’attaque et laissait passer l’orage pour ensuite dominer l’essentiel de cette reprise, il touchait durement des deux mains et Olivier Vautrain regagnait son coin le visage maculé de sang. Dés lors il n’y avait plus de suspense et seule une victoire avant la limite pouvait empêcher Dylan Bregeon de s’imposer. Bregeon ne se désunissait pas et il accentuait encore son conséquent avantage pour remporter ce magnifique ce titre national. Alban Georget pouvait exulter, il remporte son premier grand titre professionnel en tant qu’entraîneur, quant à Dylan Bregeon, il ajoute une 4éme ceinture tricolore à son palmarès après les trois breloques décrochées dans les rangs amateurs.

Elodie Bouchlaka a conservé son titre de championne de France des poids coqs en battant aux points Romane Geffray : 78-74 deux fois et 77-73.


Bien campée sur ses appuis, la championne de France a enclenché la marche avant en appuyant la majorité de ses coups. Romane Geffray, élégante et mobile, a subi le pressing tout en se mettre à l’abri du danger. Bouchlaka a usé de son crochet gauche mais elle a rarement réussi à cadrer efficacement la cible mouvante que constituait Geffray. Cette dernière a justifié son surnom de « Tic-Tic » en étant toujours en mouvement. Clairvoyante, Romane Geffray a montré une gestuelle de classe et une boxe technique étonnantes pour une compétitrice ayant peu de combats professionnels. Malheureusement si sa boxe est flamboyante, elle manque d’efficacité et les coups nets et puissants de la championne de France ont fait la différence au pointage. Geffray a esquivé et remisé avec précision sans jamais réussir à stopper Elodie Bouchlaka. Romane Geffray dispose d’une marge de progression et une revanche entre ces deux jeunes femmes produirait probablement un un nouvel affrontement de haute tenue comme celui de vendredi soir.

Le premier combat de la soirée a opposé Nathan Pineau Laib à l’expérimenté Raphaël Bocquet en quatre rounds dans la catégorie des poids welters. Le jeune Nantais a du s’employer pour endiguer la marche en avant incessante de Raphaël Bocquet. Natahan Pineau a fait la différence avec sa précision et la variété de ses frappes. Au terme de quatre reprises disputées à un bon rythme, les juges se sont prononcés en faveur de N.Pineau-Laïb par décision majoritaire : 40-36; 40-36 et 38-38.

En poids super-welters, Jordy Weis a largement battu aux points le valeureux Romain Garogalo: 60-54; 60-54 et 59-55.  Les spectateurs et les amateurs de belle boxe ont assisté à un récital d’El Gitano cours dans ce combat de préparation. R. Garofalo n’a pas démérité et s’il s’est bien défendu, il n’avait pas les moyens techniques pour contrecarrer un champion de la classe et du niveau de Jordy Weis. Misant essentiellement sur la vitesse et les changements de zones de frappes, Weis a cherché à travailler et à faire des rounds. Pour faire un beau combat, il faut être deux et le grand mérite de Romain Garofalo aura été de savoir élever son niveau pour parvenir à répliquer avec à propos et même bien toucher son rival. 

En poids welters, Issa Mourzaev et Meryl Vegas n’ont pas ménagé leurs efforts pendant six rounds. Là encore, c’est la précision de Vegas qui aura fait pencher la balance de son coté avec une décision unanime : 58-56 pour les trois juges.

 

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS