Renald Garrido n’est pas passé loin de l’exploit !

Ce soir à Minsk en Bielorussie, Renald Garrido (25-28-3, 6 KO) s’est incliné par décision majoritaire (97-97; 97-94 et 96-94) devant le russe Eduard Troyanovsky (29-2, 24 KO) ex champion IBF des poids supers-légers, un adversaire que le français a sérieusement bousculé. 

Où s’arrêtera t-il ? On craignait pour R. Garrido que cette confrontation avec un frappeur de ce calibre ne tourne au combat de trop pour le boxeur marseillais qui avait coupé depuis mars et qui n’avait que quelques semaines de préparation mais Garrido n’est décidément pas fait du même bois que le commun des mortels.  Troyanovsky  démarrait fort en étalant une technique de haut niveau, Garrido les mains bien hautes, suivait le Russe mais il subissait le bras avant et les uppercuts de « Troya » . L’affaire semblait bien mal engagée, deux rounds de maitrise pour le champion russe. R. Garrido collait et pressait et le puncheur ne pouvait pas appuyer ses coups. A la troisième reprise, le français sortait les griffes et ses crochets, il accentuait encore sa pression lors de la reprise suivante  et il secouait l’ex champion du monde. Incroyable Garrido qui montait encore d’un cran au 5eme round, il exploitait la moindre faille, le plus petit relâchement de Troyanovsky pour le toucher. Le russe s’accrochait et poussait mais même pendant ses phases là, Garrido ne s’en laissait pas conter et plutôt que subir il frappait, forçant le russe à rompre le premier. Troyanovsky revenait dans le combat au 6éme, il donnait ses meilleurs coups, le français ne bronchait pas et même s’il était ouvert à l’arcade par un choc de têtes, le russe paraissait entamé.

Garrido était placé sur orbite pour réaliser la plus belle performance de sa carrière et probablement la surprise de l’année quand il toucha Troyanovsky de plein fouet au 8eme round. Le compte debout n’est pas autorisé mais il est possible quand ce sont les cordes qui empêchent le boxer de tomber et ce fut le cas malheureusement ce ne fut pas l’option choisie par l’arbitre. Le Lion provencal avait déjà beaucoup donné, le russe qui était au bord de l’asphyxie pendant plusieurs reprises, se reprenait et il terminait fort le combat pour être déclaré vainqueur. Renald Garrido a une nouvelle fois été grand tout en n’étant pas récompensé de son immense bravoure.

Michel BEUVILLE 

.

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS