Quelle suite pour Tony Yoka ?

En battant Joêl Tambwe Djeko avant la limite vendredi soir, Tony Yoka a rempli son contrat et décroché le premier trophée de sa carrière professionnelle, un titre qui en appellera probablement d’autres dans un avenir plus ou moins proche.

Quels enseignements tirer de cette sortie du champion français ?

Le positif, l’emporte largement sur le négatif avec déjà un grand succès d’audience puisque Canal + a enregistré sa plus forte audience pour un combat de La Conquête avec 568 000 téléspectateurs et des pics à 637 000. Tony Yoka est indiscutablement la locomotive médiatique de la boxe en France, les publications des réseaux sociaux le démontrent tout comme les  articles de nombreux quotidiens français. Djeko prétendait que peu de gens savaient qui était Tony Yoka Outre-Manche, personne ne peut croire qu’au pays de la boxe, le nom du champion olympique soit inconnu, bien au contraire toutes ses sorties sont scrutées et suivies par les fans du monde entier, privilège mérité et  réservé aux champions olympiques des poids super-lourds. J.T. Djeko avait remplacé l’invaincu Peter Millas qui s’était désisté et paradoxalement, cet adversaire censé être de moins bonne qualité fut finalement le meilleur rival opposé à Yoka. Avec Peter Millas, on pouvait s’attendre à un KO express et rien de nouveau que l’on connaisse déjà de Tony Yoka alors que Djeko a poussé le français jusqu’ à la dernière reprise.

Il y eut peu de suspense sur le nom du futur vainqueur lors des douze reprises mais on a vu un français appliqué et patient, face à un compliqué combattant belge très fort défensivement, dur au mal, qui ne s’est jamais livré. Il n’est jamais simple en poids lourd, d’être obligé d’aller chercher constamment son rival sans risquer de se faire contrer, or Yoka fut exemplaire dans sa stratégie. La constance de ses actions offensives, avec un travail varié en bas et en haut, qui lui a permis d’abréger le combat, démontre qu’il est capable de faire douze reprises à un rythme élevé et d’être efficace jusqu’au bout, de plus Yoka termine ce combat frais comme un gardon, sans une marque au visage. La réserve que l’on peut émettre concerne le punch de Tony Yoka. Le français est indéniablement puissant mais après Hammer qu’il n’a pas réussi à ébranler, il s’était fracturé la main, Djeko ne semblait pas à la limite de la rupture avant le renoncement du 12 eme round, on peut légitimement s’interroger sur le punch du français au plus haut niveau mondial.

La suite pour Tony Yoka

On l’attend avec impatience. Quelle  orientation le français va- t-il donner à sa carrière ? Et quels adversaires ? Trois options nous paraissent envisageables. Elles varient selon la lecture que l’on a du niveau actuel de  T. Yoka.

1ere option

Tony Yoka est guidé par le classement du célèbre site Boxrec, il se situe aujourd’hui à la 13eme place tout en n’ayant disputé que 10 combats et il vise une place dans le Top Ten de la catégorie reine.

Les six premiers de ce classement sont encore inabordables, aucun n’acceptera de rencontrer un garçon du niveau de Yoka sauf s’il y était obligé. Autre inconvénient : L’argent ! Un poids lourd figurant dans le Top Ten coûte cher, très cher, Canal+ et All Starboxing sont-ils disposés à sortir le carnet de chèques pour des combats de classements ? Top Rank suivrait-il ? Le camp de Tony Yoka ne sera pas en position de force par rapport à Matchroom qui possède déjà quatre des dix premiers poids lourds mondiaux. Andy Ruiz est avec Al Haymon et Tyson Fury avec Warren et Arum ? Quand on connait la légendaire réticence du rusé président de Top Rank aux rencontres entres ses poulains, on mesure la somme d’obstacles qui ne manqueront pas de se poser pour se frayer un chemin vers la dernière route qui mènera au trône….Luis Ortiz  et Deontay Wilder sont hors de prix, restent Alexander Povetkin, Dereck Chisora et Michaël Hunter. Tony Yoka est-il déjà prêt pour battre ces trois champions ? Probablement, mais l’étape suivante risque d’être prématurée. Pourquoi risquer d’hypothéquer un avenir prometteur par précipitation ?  

2eme option

La moins envisageable dans la boxe moderne et pourtant la plus attrayante pour les fans de boxe du monde entier : Faire le ménage parmi les jeunes prétendants et se positionner en leader de la nouvelle génération.

La catégorie des poids lourds est en plein renouveau et quelques loups ambitieux  chassent sur les mêmes terres que le français. Le plus dangereux est indéniablement le croate Fillip Hrgovic, un boxeur puissant et résistant que rien ne semble pouvoir abattre. Le russe Arslambek Makhmudov est une force de la nature, avec sa boxe offensive et brutale il peut assommer n’importe qui, le nigérian Efe Ajagba est le 3eme larron. Un combat contre l’un de ces trois invaincus vaudrait son pesant d’or mais ne rêvons pas…

3eme option  

Joe Joyce détenteur du titre EBU est dans le viseur de Yoka mais l’anglais a d’ores et déjà les yeux rivés sur le fantastique Oleksandr Usyk et une rencontre entre les deux ex meilleurs ennemis sera remise à plus tard.

En considérant qu’il n’est pas encore prêt pour rencontrer et battre, car c’est bien de victoires et de titres qu’il s’agit, l’élite mondiale, défendre ce titre de l’union européenne ou conquérir l’EBU, seraient de bons choix. La ceinture européenne demeure prestigieuse, loin devant les nombreuses ceintures de classements des fédérations majeures qui n’apportent rien de plus. Avec l’organisme européen, TY est assuré de progresser constamment au classement WBC. Certains challengers pouvant être disponibles, sont de valeur et lui permettraient de parfaire sa boxe avant de plus grosses échéances. Citons le finlandais Robert Helenius ou l’allemand Marco Huck, des noms expérimentés ou un jeune loup comme le suédois Otto Whalin qui avait offert une belle opposition à Tyson Fury. Cette option et ces championnats ne pourraient se réaliser qu’en Europe, impossible d’exporter ces affiches aux USA. Si la carrière du français devait se poursuivre aux Etats Unis, sa progression pourrait passer par des rencontres avec des boxeurs comme Charles Martin, ex champion IBF ou Dominic Breazeale l’ex challenger d’AJ. L’américain Jerry Forrest, s’il n’a pas pris sa retraite, constituerait une excellente opposition et un moyen de se situer comparativement au chinois Z. Zhang vice-champion olympique 2008 qui vient d’éprouver les pires difficultés devant Forrest. Yoka a su se montrer patient sur le ring pour battre méthodiquement Djeko, saura-t-il maintenant se montrer aussi patient hors du ring pour parvenir à ses objectifs mondiaux ?  

Tony Yoka annoncé qu’il effectuerait sa première sortie aux USA probablement en mai en sous carte du prodige Shakur Stevenson, il ne faudra surement pas s’attendre à un gros nom pour cette première Outre Atlantique mais à un rival lui permettant de montrer ce qu’il sait faire et séduire un public US toujours friand des poids lourds de talent.    

Michel BEUVILLE

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS