N’Dam se dit prêt à affronter M’Billi!

Invité d’honneur dans le cadre du 30ème  Sportel Awards de Monaco, Hassan N’Dam arrive avec la décontraction et une bonne humeur communicative qui lui appartiennent. Le rendez-vous est pris pour se laisser aller au petit jeu des questions-réponses. Un exercice toujours émouvant lorsqu’il s’agit de retrouver un boxeur que l’on suit depuis ses débuts. L’occasion également de faire le bilan d’une belle carrière qui devrait encore connaître un ultime défi.

 

 

NB : Comment vas-tu depuis ton dernier championnat du monde contre Callum Smith au Madison Square Garden de New York ?

HN : Tout va bien ! Malgré cette défaite par KO, j’ai rapidement repris le chemin de l’entraînement, essentiellement au Cannet ou à Monaco avec Jean-Marc Toesca, mon coach sportif d’Ambitious Expertise. J’arrive dorénavant à appréhender les choses avec sérénité. Toesca m’apporte énormément dans ma préparation physique, le coaching mental ou encore dans son expertise de nutritionniste. Je me sens naturellement prêt pour un nouveau défi.

 

NB : Justement, comment va s’écrire la suite pour Hassan N’Dam ?

HN : Ca se dessine, il y a des discussions qui vont forcément aboutir à un nouveau défi. C’est toute ma carrière qui est comme ça. J’ai souvent gagné, j’ai pris des coups, il m’est arrivé de perdre aussi, mais je suis toujours revenu, j’ai gardé mon leitmotiv de toujours positiver, de préserver mon enthousiasme. Mais pour tout vous dire, à 35 ans, mon objectif ultime est de finir sur un dernier défi.

 

 

NB : Des bruits de couloirs évoquent une rencontre face à Christian M’Billi ?

HN : C’est possible, tout est possible dans la boxe ! Le jeune espoir face à l’ancien champion, c’est l’éternelle histoire de la boxe. Moi, je vous le dis, je suis partant, mais à une seule condition, c’est que les conditions financières soient à la hauteur de la prise de risque, que ce challenge respecte un intérêt financier légitime. J’ai 35 ans, je suis encore classé 7ème au classement mondial, je n’ai plus rien à prouver, j’ai boxé les meilleurs. N’Dam peut aider Christian M’Billi à progresser réellement dans les classements. Si les conditions financières sont réunies, j’accepterai ce défi. M’Billi c’est du très bon, je pense qu’il peut devenir champion du monde. Et puis les chocs franco français, le public adore. Soro et Vitu ont fait beaucoup de bien à la boxe en acceptant de s’affronter, ils ont mis la boxe en lumière, on a besoin d’affiches comme celle-ci.

 

 

NB : On sent que tu as pris du recul sur ta carrière.

HN : Bien-sûr, je suis à un âge où il est naturel de penser à l’après. Je boxe depuis 2004, 15 ans que je monte sur le ring. C’est fou comme ça passe vite une carrière professionnelle. Je ne retiens que du bon à tout cela ! Rester à ce niveau-là pendant si longtemps, c’est fort ! La boxe m’a tout donné, elle m’a forgé ma vie d’homme. J’ai maintenant de plus en plus envie de conseiller les autres. Je suis fier du chemin réalisé depuis le grand tournoi, cinq fois champion du monde. Il en a fallu de la persévérance pour se motiver et se lever les matins, courir, respecter des régimes et combattre pour gagner. Avec Ambitious Expertise, on parle de tout cela, on évoque ma reconversion d’entraîneur, de conseiller sportif et mental.

 

NB : On t’aperçoit régulièrement aux Monaco Boxing Challenge. Que penses-tu de cette structure ?

HN : Ici, ils ont tout ! Laurent Puons et Andrei Micallef ont fait un super boulot ! Techniquement, la team est très solide avec les frères Hallab. Tout est réfléchi pour proposer des combats équilibrés. J’aimerais beaucoup pouvoir boxer à Monaco, ça serait comme boxer à la maison.

 

 

NB : Que penses-tu des jeunes pousses de ta catégorie comme Sadjo, Toutin ou encore Tamba ?

HN : Je me dis que ces boxeurs sont le fer de lance de la catégorie. J’ai envie de les voir percer, d’accepter des défis, de les voir boxer. Tous ces jeunes ont besoin des médias, de la télévision, des promoteurs… J’ai le sentiment que la situation s’arrange à ce niveau-là, que la boxe redevient un sport important pour Canal + et les autres médias.

 

NB : Tu pourrais de nouveau boxer pour Acariès ou pour Koné ?

HN : On a des discussions, nous sommes encore en litige avec Sébastien, mais pourquoi pas. Pour un one shot…  Je suis prêt à beaucoup de choses pour la boxe. Ce sport a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, je lui suis redevable pour un ultime défi !

 

Interview par Yoann Cousin

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS