Maxime Beaussire: « Mon ambition sportive reste élevée »

Comme tous les sportifs et boxeurs du monde entier, Maxime Beaussire est au repos forcé, la boxe mondiale est mise au tapis par un redoutable adversaire invisible, baptisé covid 19.  Le champion ronge son frein en attendant la délivrance, le championnat de football est terminé et c’est à Maxime Beaussire que revient l’honneur de porter l’étendard sportif de la Normandie. Son championnat d’Europe des poids moyens contre l’Italien Matteo Signani, qui était déjà attendu, devient l’événement sportif phare de cette année 2020 dans la région. Si le boxeur ne peut pas s’exprimer gants aux poings, l’homme reste actif dans les médias, notamment dans les colonnes d’Ouest-France, le quotidien numéro 1 en France qui le sollicite régulièrement pendant le confinement. Maxime nous a accordé un entretien où il nous fait part de son quotidien, de ses projets et ses réflexions par rapport à la situation sanitaire et économique du pays.

NB: Comment vas tu et comment gères-tu ton temps ?

J’étais à Londres dans une salle de sport en pleine préparation, je ne regardais pas ou peu la télé et les anglais parlaient peu du coronavirus, quand les nouvelles ont commencé à affluer, cela a commencé à m’inquiéter un peu et j’ai rapidement compris que ce serait compliqué de tenir la date du 21 mars. Hormis ce report, je me sens bien, nous avons notre maison avec un grand jardin que l’on essaie de rentabiliser au maximum. Nous avons acheté une serre pour produire sainement nos propres légumes et être le plus souvent possible dehors. Bien sur je m’entretiens au quotidien, j’ai la chance d’être à quelques centaines de mètres d’Elite Forme le centre de Florent Roulleau mon préparateur physique. L’établissement est fermé au public et il dispose de tous les équipements de haut niveau plus un ring, je suis privilégié d’avoir une salle de cette qualité à ma disposition et je m’entraîne une fois par jour. Je ne fais pas des séances de « tueur » cela ne sert à rien tant qu’on n’y voit pas plus clair c’est inutile.

NB: Tu as déclaré avoir été dans la forme de ta vie à ton retour d’Angleterre, quel sera ton programme pour retrouver cet état de grâce ?

Je retournerai là bas, c’est sur ! Dés que j’aurai des certitudes quant à la tenue de mon championnat d’Europe, je repartirai à Londres. 8 semaines de préparation avec des sparrings de haut niveau et je reviendrai encore meilleur et plus déterminé, tu peux en être sur.

NB: As-tu l’espoir que ton championnat d’Europe se déroule en 2020 ?

Nous espérons une date en novembre mais je ne veux plus m’avancer tant que l’on n’a pas plus de précisions sur ce que décidera le gouvernement

NB: Êtes vous en contacts réguliers avec l’Italien ?

Oui, je sais qu’il s’entraîne chez lui, il habite en plaine campagne, il ne met pas les gants, pas de sparrings mais il s’entraîne pour être prêt le jour j de la reprise, comme moi. Physiquement il est prêt, peut être plus que moi mais à son âge, il n’a pas le droit de descendre trop bas, il a plutôt intérêt à rester en activité, c’est ce qu’il fait. Pour le reste, c’est mon promoteur Gérard Teysseron qui s’en charge et il a toute ma confiance, F. Cherchi est comme nous, il attend les infos des gouvernements, nous en sommes tous là, le monde de la boxe attend. Et espère.. .

NB: Comment vis-tu l’incertitude d’une reprise sportive  ajoutée à cette crise sanitaire ? Fatalisme ? Optimisme ?

Je ne cache pas que je suis un peu inquiet pour notre sport, la boxe est un sport de contact alors que l’on recommande la distanciation physique mais je suis d’une nature optimiste. Nous pratiquons une discipline de contact certes mais sur le ring, nous ne sommes que deux impliqués, trois avec l’arbitre que l’on peut imaginer équipé avec un masque, il porte déjà souvent des gants. Nous avons deux athlètes en pleine forme avec un suivi médical de pointe et qui sont encore auscultés par un médecin après les pesées, pourquoi ne pas envisager un test de dépistage covid pour les boxeurs et l’entourage qui peut être restreint ? Il faut faire confiance au sens des responsabilités des boxeurs, je sais que je suis en pleine forme, je fais attention à mon alimentation, à mon hygiène de vie, je suis rigoureusement les injonctions des pouvoirs publics, donc je n’ai pas peur du virus pour moi, la seule crainte que j’aurais serait de contaminer les gens que j’aime et les autres car je peux être porteur sain, mais vu mon mode de vie et les précautions que nous prenons au quotidien cela me semble improbable. Je ne pense pas faire partie des personnes à risques… Attention il n’est pas question de contester la dangerosité de cette saleté, je sais que ce n’est pas une petite grippe car je connais des gens qui l’ont attrapé et qui m’ont confié avoir été si malades qu’ils pensaient pouvoir mourir. On va bien devoir apprendre à vivre avec ce virus, pourquoi pas la boxe avec quelques précautions d’usage ? Nous ne savons pas combien de temps peut durer cette crise sanitaire, si par exemple on nous dit qu’il n’y aura pas de rassemblements possibles avant la fin de l’année, pourquoi ne pas faire ce championnat d’Europe à huis clos ? La boxe est capable de s’adapter, je suis optimiste, cela peut prendre un peu de temps mais on va y arriver.

NB: Projetons nous sur l’après coronavirus  et parlons de tes objectifs sportifs ?

Ils demeureront inchangés. Il y a ce contretemps qui est arrivé au mauvais moment, à 2 semaines prés, le combat se faisait et on n’en parlerait plus, il faut faire avec, il va falloir retourner à l’entraînement, faire ce combat et le gagner. Avec la concrétisation du championnat d’Europe et la préparation en Angleterre, l’envie, la hargne et la détermination sont revenues âpres une grosse période de doute. J’ai changé à nouveau de coach et j’ai trouvé quelqu’un de bien en la personne de Ryan Barrett, il croit en moi et en ce que je sais faire sur un ring. Mon objectif immédiat est de devenir champion d’Europe des poids moyens, défendre ce titre et peut être devenir un nom en Europe et qui sait par la suite avoir des opportunités plus haut. Mon ambition sportive reste élevée, j’ai besoin de cet état d’esprit pour progresser, tout donner et avancer. Pour l’instant je suis concentré sur le choc avec M. Signani, le battre et lui prendre sa ceinture, le reste suivra…

NB: Imaginons que tu t’empares du titre, contre qui aimerais tu le défendre ?

Si je gagne, je n’aurais pas le choix, il faudra rencontrer le challenger officiel qui à ce jour est l’anglais Martin Murray. Toujours dans l’hypothèse d’une victoire, j’aimerais boxer en Angleterre dans une réunion d’Eddie Hearn. Avec le titre européen en poche tout est possible.

NB: Quels sont les meilleurs poids moyens mondiaux selon toi ?

Si on enlève Canelo qui monte en super-moyens et GGG qui est en fin de carrière, la catégorie n’est pas dominée par un homme en particulier. Jermal Charlo est bon, Andrade aussi de même que Derevyanchenko mais ce ne sont pas des surhommes comme Saul Alvarez. Aujourd’hui je ne suis pas dans la course mais quelques défenses européennes, je ne serais pas effrayé si j’avais l’opportunité de les boxer. Cela fait partie de mes ambitions que d’avoir un jour la possibilité de rencontrer un champion tels que ceux là. On travaille dur, très dur pour cela.

NB: Que penses-tu de la démission d’Arnaud Romera et de son appel à la FFB  pour qu’elle vienne en aide aux boxeurs pros ?

Je n’ai pas compris sa démission, il a fait un super boulot à la ligue pro même si je n’ai jamais trop saisi ce qu’était cette ligue professionnelle. Personne n’a vraiment expliqué ce qu’était sa réelle mission, les moyens qu’elle disposait, son positionnement par rapport à la FBB et bien d’autres choses, tout cela est resté trop confus. Maintenant l’apport d’Arnaud Romera est indéniable, je pense qu’il a rempli son contrat, il doit avoir ses raisons pour démissionner, je ne les connais pas. On peut imaginer qu’il ait des opportunités pour reprendre une activité qui fasse rentrer de l’argent, il faut bien vivre et ce n’est pas le bénévolat à la présidence de la ligue pro qui allait subvenir à ses besoins. Maintenant, il va falloir que la ligue pro se développe, qu’elle se démocratise plus auprès des gens, que la FFB laisse la ligue gérer totalement les pros avec un statut et un budget propres à son fonctionnement, la ligue pro devrait avoir la main mise sur la boxe pro. Il faudra voir quel homme ou femme succédera au président A. Martin, avec quelle vision ? Tout cela est important pour la boxe, il faut de la transparence et que la FFB et la ligue pro marchent main dans la main mais cote à cote.

Concernant son appel à la FFB, je suis d’accord sur le constat, nous vivons une situation inédite et il serait bien que l’on nous aide un peu. Maintenant, au risque de fâcher un peu, je pense que ce n’est pas vraiment à la FFB de nous indemniser et ce n’est pas à nous d’aller faire les « mendiants » en allant demander de l’argent. Que la FFB fasse de gros efforts sur les taxes diverses, les licences….si la FFB consentait à demander moins d’argent pour que l’activité de la boxe reparte et que les boxeurs puissent gagner leur vie, ce serait une bonne chose . Aller leur demander de l’argent, je suis un peu septique et je ne pense pas que ce soit le rôle de la FFB de donner un salaire aux boxeurs pros, il n’y a sûrement pas l’argent pour l’envisager. Mais réfléchir comment aider économiquement à la reprise doit être l’objectif n°1 de la FFB.

NB: Compliquée la vie du boxeur pro en France….

J’ai créé une entreprise mais beaucoup de pros n’ont pas de statut, ils ne font pas de factures, leurs contrats de combats sont fait « à l’arrache ». Heureusement il y a quelques boxeurs qui ont des situations en mairie ou chez des sponsors mais en tant que vrais entrepreneurs, je ne pense pas que nous soyons très nombreux en France à avoir eu cette démarche professionnelle là, malheureusement. Ce n’est pas la faute des boxeurs, on les met dans un système où il n’y a pas de réflexion autour de projets qui pourraient améliorer leur sort, ils sont trop souvent livrés à eux mêmes. Je comprends qu’à partir du moment où l’on arrive à donner à manger à sa famille, cela fonctionne, seulement les carrières en France à très haut niveau sportif et financier sont de plus en plus rares.

NB: Ne crains-tu pas que le fragile modèle économique de la boxe en France qui vit sous perfusion des collectivités locales, ne soit définitivement mort ?

C’est clair. Personnellement je n’ai jamais rien touché des collectivités, à part de petites subventions régionales, départementales et municipales comme en bénéficient les organisateurs de spectacles sportif quand on propose un grande soirée de boxe. Autrement je ne compte pas sur eux pour vivre de mon métier de boxeur professionnel et je trouve cela normal, ce sont les partenaires privés que j’ai démarché qui me financent. Maintenant tout le monde va être dans le même bateau par rapport aux financements, on sait que les collectivités vont être sollicitées de toutes parts et que le sport passera au second plan. Il va falloir se réinventer et trouver des solutions alternatives, j’y réfléchis déjà.

NB: En tant que citoyen, comment imagines tu le futur pour notre pays ?

Attendons nous à connaître des moments douloureux avec la crise économique mondiale qui se profile, on fait tourner la planche à billets mais à un moment il faudra payer la note. Je ne sais pas de quoi demain sera fait mais cela risque d’être compliqué économiquement parlant. On cultive le jardin, ce n’est pas pour rien, pour être le plus indépendant possible pour se nourrir avec de la qualité. Quoi qu’il arrive, boxe ou pas boxe, il faut continuer à s’entretenir, à s’alimenter sainement, il faut rester en forme. On arrive en fin de confinement et normalement la vie devrait reprendre un peu son cours à partir du 11 mai.

NB: Pour finir, quel livre, film ou musique conseillerais tu aux fans de boxe en attendant le retour des champions sur les rings ?

Je vais reprendre un livre que j’ai lu dont le titre est Sapiens, cet ouvrage retrace l’histoire de l’humanité depuis l’homme préhistorique jusqu’à nos jours. J’avais apprécié ce grand livre. Autrement je regarde beaucoup de documentaires pour toujours m’instruire plus, j’ai un rapport fort avec la nature et je suis passionné d’alimentation et de nutrition au niveau mondial, d’agriculture bio. Comment l’industrie agro alimentaire nous a vendu ses produits pendant des décennies pour rendre les gens malades, obèses. On en revient au coronavirus, les statistiques montrent que la majorité des victimes décédées étaient en surpoids ou avaient déjà des maladies et pathologies plus ou moins liées à une  mauvaise alimentation.

Suivez Maxime Beaussire sur les réseaux sociaux :

Page Facebook Maxime Beaussire

Facebook Max Le Conquérant

Instagram

Twitter

 

Michel BEUVILLE

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS