Les moments forts du 13ème Monaco Boxing Challenge

 

Les boxeurs monégasques pourront dorénavant boxer dans les compétitions hexagonales (France et région PACA). C’était dans les tuyaux depuis quelques semaines. L’information a été confirmée par les deux Présidents, respectivement André Martin, Président de la Fédération Française et Laurent Puons, Président de la Fédération Monégasque. Une convention est en cours d’élaboration pour structurer de nouveaux partenariats permettant aux boxeurs monégasques de s’inscrire dans les championnats de France amateurs. Hugo Micallef, fer de lance de la principauté azuréenne, pourra dorénavant compter sur cet appui sportif pour affronter les meilleurs français et optimiser sa préparation en perspective des JO de Tokyo.

Un premier partenariat conséquent qui appelle dans un avenir très proche d’autres efforts : « Nous souhaitons nous associer pour faire de Monaco une place forte de la boxe » précise André Martin, « la fin de mon mandat se rapproche de plus en plus et j’aimerais que les championnats de France Elite s’organisent à Monaco avant la fin de celui-ci. Monaco vise l’excellence ! Monaco encadre de très bons boxeurs. Tout ce qui est bon pour Monaco le sera forcément pour la Fédération Française de Boxe ».

Cet engagement partenarial porté par Laurent Puons et André Micallef, passionnés et connaisseurs de boxe est une véritable aubaine pour nos boxeurs français professionnels qui disputeront des championnats de France lors des Monaco Boxing Challenge. En témoigne l’affiche de la 13ème édition du vendredi 1er février qui en assurait deux championnats, celui des poids moyens et celui des super-plumes.

 

Championnat de France des poids Moyens

Diego Natchoo (26 ans ; 23 combats, 18 victoires dont 6 par Ko, 1 défaite et 4 nuls) remettait en jeu pour la première fois son titre de Champion de France des poids moyens contre Patrick Momene Mokamba ( 38 ans ; 35 combats, 7 victoires dont 2 par Ko, 24 défaites et 4 nuls).

Diego dit « L’Indien » entre fort dans son match en plaçant dès les premières secondes un crochet gauche dévastateur provoquant un knock-down chez son adversaire. Cueilli à froid, Mokamba est compté et repart au combat. Le champion en titre ne se précipite pas pour autant et continue de marquer des points lors des premiers échanges. Seulement voilà, Mokamba n’est pas un boxeur qui a pour habitude de lâcher prise. Conscient de son retard, il accélère de plus en plus le rythme.

 

 

Les échanges entre les deux hommes, notamment lors des corps à corps, sont très appuyés. Mokamba envoie du lourd dans la garde imperméable de l’Indien, mais Diego bloque et remise parfaitement. La variété de coups des deux protagonistes est agréable à suivre pour les spectateurs de l’espace Léo Ferré.

 

 

Toutefois, la fatigue commence à se faire sentir en fin de combat. Les deux hommes paraissent de plus en plus épuisés, les frappes se font de plus en plus approximatives. Le gong de la fin de la 10ème reprise libère les boxeurs totalement vidés par la débauche d’énergie fournie.

A l’unanimité des trois juges, Natchoo conserve son titre de Champion de France des Moyens 98/91 ; 98/92 et 98/91.

 

 

Championnat de France des super-plumes

Florian Montels (28 ans ; 18 combats, 14 victoires dont 1 Ko, 2 défaites et 2 nuls) et Rachid Sali (37 ans ; 16 combats, 6 victoires dont 1 Ko, 8 défaites et 2 nuls) s’étaient quittés sur un No Contest en novembre dernier suite à une vilaine coupure nécessitant l’arrêt du combat.

Ce second affrontement démarre à l’avantage du Champion en titre. Placé au centre du ring, Montels distribue les crochets en contre, marquant les touches les plus nettes. Dès lors, Sali décide d’accélérer ses déplacements pour empêcher Montels de le cadrer. Mais imperturbable, le champion en titre maintient sa stratégie en remisant intelligemment.

C’est d’ailleurs par un cross droit plongeant que Florian ébranle son challenger en fin de 3ème reprise. Rachid est alors un peu trop attentiste pour changer la physionomie du match. Sans solution, Sali semble quelquefois se jeter pour trouver le coup dur. Prudent, Montels se méfie des chocs de tête et maintien ses contres avec son bras arrière.

La fin de combat s’avère assez décevante. Un faux rythme s’installe sans prises de risque de part et d’autre, laissant les juges accorder la victoire à l’unanimité au champion en titre : 98/92 ; 100/90 et 99/91.

 

Les autres combats

– Victoire aux points de Ruslan Kupchik contre Ahmed Issa

 

 

 

 

 

 

– Victoire par un KO spectaculaire de Sylvain Laval sur Mathieu Bernardet

 

 

 

 

– Victoire par KO et arrêt de l’arbitre de Khalil El Hadri sur Quentin Lanaud dans un combat beaucoup trop déséquilibré

 

Monaco, le 01/02/2019

Yoann Cousin

Arnaud Lefèvre (Photographe)

Un commentaire
  • sylvain pellegrino
    4 février 2019 at 21 h 37 min
    Laisser un commentaire

    Superbes photos et article de qualité. Bravo NETBOXE !

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    DERNIÈRES INFOS & NEWS

    ARTICLES RELATIFS