La révélation Kevin Buval détrône Eddy Lacrosse

Pour une première, ce fut une réussite que ce gala de boxe pro organisé à Puisseux-Pontoise par la Ligue de Boxe professionnelle accompagnée par le Movyfight club, Clichy Boxe, le Comité National Olympique et l’agglomération de Cergy Pontoise. Une première aussi pour la chaîne olympique Sport En France qui malheureusement avait affaire à forte concurrence avec le match de football des bleues diffusé en direct sur TF1. Une grande première dans l’hexagone ne pouvait se dérouler sans l’impeccable Jean Pierre Cossegal en maître de cérémonie..

Deux beaux championnats de France et une surprise de taille avec la victoire sans appel de Kevin Buval aux dépens d’Eddy Lacrosse, tenant du titre national des poids mi-lourds . A la lecture des cartes des juges ( 96-94 et 98-92 deux fois), certains verront une contre performance d’Eddy Lacrosse alors qu’il faut surtout retenir la révélation d’un Kevin Buval bien meilleur que ce qu’affiche un palmarès négatif. Pour une fois, le challenger avait été détaché de son emploi pour se préparer et sa performance fut à la hauteur de son investissement. Eddy Lacrosse restait sur de belles victoires, il avait envoyé au tapis M. Bauderlique, médaillé de bronze et vedette naissante et il était devenu champion avec autorité. Buval ne semblait pas pouvoir enrayer la dynamique victorieuse Lacrosse.

Le champion en titre a tout tenté pour attraper un challenger mobile et clairvoyant, toujours en avance d’un mouvement, d’un enchaînement, d’un coup net et précis. Lacrosse n’a pas pu cadrer et fixer Bluval pour le marteler avec ses crochets, Buval anticipant ses actions en le stoppant avec son bras avant et ses droites. Kevin Buval a livré un combat quasi parfait tactiquement et techniquement, aprés huit ans de professionnalisme, il réussit la meilleure performance de sa carrière pour décrocher un premier titre prestigieux face à un rival de valeur. Les larmes de bonheur du nouveau champion étreint par son entraîneur en disaient long sur l’émotion de Kevin Buval. A 31 ans, le nouveau champion de Franche pourrait s’inspirer d’un certain Affif Djelti qui vit sa carrière décoller aprés un titre national obtenu à prés de 37 ans.

Le championnat de France féminin des poids super-légers entre Anissa Benyoub et Victoire Piteau a donné lieu à une belle empoignade où les deux femmes ne se sont guère épargnées. A. Benyoub fut coupée à l’arcade dés le premier round et V. Piteau a subi la même blessure au huitième. Annissa Benyoub était plus précise et ses frappes ont souvent éprouvé la jeune (20 ans) Victoire Piteau qui sans démériter, s’est montrée encore un peu tendre pour une Benyoub s’était inclinée par décision partagée chez Lucy Weldheart, récente co challenger IBO avec Estelle Mossely.

Les juges se sont prononcés en faveur d’Anissa Benyoub (79-70 ; 79-72 et un curieux 76-75).

Ce gala réserva d’autres belles confrontations équilibrées et une découverte en la personne du jeune poids plume (18 ans) Chris Esabe. Opposé au Géorgien Ilua Beruashvili, Esabe a montré une magnifique boxe avec une classe frisant parfois l’insolence. Tout semble facile et naturel chez Esabe. Beruashvili a crânement tenté sa chance en étant offensif avant d’être peu à peu sapé par le travail au corps d’Esabe. Sans forcer ses coups mais avec précision, le jeune champion en herbe a pris rapidement la mesure de son valeureux rival. Victime d’une hémorragie nasale et durement éprouvé, le courageux Géorgien s’est retrouvé au tapis par un court uppercut du droit au cinquième round. Compté puis déclaré out par l’arbitre.

En poids lourds, un très bon combat a opposé en quatre rounds Nicolas Wamba et Abdarhmane Coulibaly. Deux transfuges du pieds poings qui n’ont pas ménagé leur peine pour le plus grand plaisir du public et des téléspectateurs. Wamba plus actif et précis, s’est logiquement imposé aux points.

En poids moyens, Patrick Momeme Mokamba a du s’employer fermement pour tempérer les ardeurs de Giorgi Kerdikoshvilli. Sans complexe, le visiteur rentra dans Mokemba pour le bousculer, il se paya même le luxe de remporter les premières reprises. Le boxeur du Team Mezaache se ressaisissait en fin de combat pour arracher une victoire par décision partagée: 58-56 deux fois et 56-58.

En poids moyens, Jonathan Okito gagne par KO à la deuxième reprise contre Giogi Gujejiani. Le Géorgien est allé au tapis et il fut compté deux fois lors de la première reprise.

 

Pierre GIROD et Michel BEUVILLE

Un commentaire
  • Kimbakou
    29 juin 2019 at 16 h 55 min
    Laisser un commentaire

    Excellent résumé qui met malheureusement en exergue la triste réalité de nos boxeurs pros qui sont au miracle meilleurs lorsqu ils peuvent se préparer comme des… Pros! Je rajouterai un esprit sportif irréprochable, une bonne ambiance même si la soiree aurait mérité une affluence supérieure les places étaient peut être 5 euros trop chères (mais les franciliens férus de boxe sont assez feignants finalement et se déplacent peu c’est bien dommage) . Et surtout un niveau technique, entre esabe et Buval principalement, qui a fait plaisir à voir. C’est la boxe qui gagne car j’ai souvenir de championnats de France assez récents, soit trop déséquilibrés donc inintéressants, soit d’une pauvreté technique affligeante avec la victoire du seul physique et un vide tactique criant. On peut dire aussi que les boxeurs étrangers choisis hier n’étaient pas de simple faire valoir même si un peu en dessous pas tt le temps le cas donc à souligner. Il sera néanmoins moins bon qu’à l’avenir la ligue favorise les rencontres franco française avec des niveaux équivalents et de l’enjeu pour monter le niveau général. Finalement ce sont des combats trop rares avec tous les arrangements et évitements. Les intentions de romera sont pleines de belles promesses que l’ont peut d’ores et déjà saluer hier soir ! Bravo !

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    DERNIÈRES INFOS & NEWS

    ARTICLES RELATIFS