La Baule réussit son premier gala avec mention !

Hier soir au complexe sportif Jean Gaillardon de La Baule en Loire Atlantique dans les Pays de la Loire, la section boxe professionnelle créée il y a quelques mois seulement et dirigée de main de maître par David Musset a plus que gagné son pari dans une ville qui n’avait jusque là pourtant que très peu lié son histoire avec celle du Noble Art puisqu’elle a dû refuser du monde à l’entrée d’une salle surchauffée pouvant contenir pas moins de mille-cinq-cent personnes !
 
La recette ne fut pas d’avoir recours à un titre pompeux ou encore à une pléiade de pugilistes habitués au petit écran, mais simplement de faire appel aux vedettes du Grand-Ouest lors de pas moins de sept combats professionnels dont les résultats étaient bien incertains.
 
 
Le premier à s’illustrer fut le talentueux néo-professionnel de Laval Johnny Bertin qui bien qu’opposé au rugueux Alain Alfred de Brest chez les super-welters, n’a pas laissé l’ombre d’un doute quant au fait d’avoir remporté les quatre rounds durant lesquels ils en vinrent aux poings grâce notamment à un crochet gauche dévastateur ainsi qu’à un sang-froid laissant présager le meilleur pour la suite de son parcours.
 
Warren Lewinski, second groupe D mis en lumière par les organisateurs dans la même catégorie de poids, venant lui de Rennes, ne fut pas moins impressionnant devant un adversaire bordelais auquel il rendait pourtant plus de deux kilos et face auquel il semblait bien moins mâture physiquement parlant la veille lors de la pesée. Un seul round lui a suffit pour venir à bout de Moussa Henni grâce à un direct du droit foudroyant au menton.
 
 
C’était ensuite au tour de l’ancien nantais et nouvellement baulois d’adoption, Benjamin Dubois encadré par son père Yves ainsi que Laurent Sangand, troisième moins de 69 kg du coin rouge à se produire, contre le guerrier d’Évreux Raphaël Boquet : peut-être la prestation la plus emballante de cette magnifique organisation avec entre les cordes une véritable guerre proposée par les deux hommes ! « D – 340 » comme il est surnommé a fait preuve d’un mental hors-norme pour se défaire de la valeur étalon normande sous une température ayant pourtant sérieusement entamé les protagonistes.
 
 
Mikail Vidalic de Lorient s’est également imposé aux points devant l’autre ébroïcien de cette soirée, le musculeux poids super-moyen Martin Owono qui s’est de nouveau livré à 200% dans le carré magique. Malgré le résultat brut, le sympathique breton d’adoption ne semblait que peu satisfait de sa prestation à son retour dans les vestiaires.
 
La surprise de ce gala fut à mettre à l’actif du poids mi-lourd de Limoges Cyrille Joly qui après avoir déjà remporté ses deux derniers affrontements hors de ses bases, avait été appelé à la dernière minute par le BCB suite à un forfait mardi dernier. Après avoir débuté son combat tambour battant avec quelques séries variées corps-face impressionnantes de rapidité ainsi que perturbé le nouveau protégé d’Erckmann David – le revenant Julien Guibaud-Ribaud – en lui ouvrant l’arcade sur un coup de coude, celui-ci s’imposa par arrêt de l’arbitre à la quatrième reprise. Malgré les protestations de l’ancien montoirin, la décision était justifiée car ce dernier a manqué de lucidité en ne posant pas un genou à terre après avoir vacillé une première fois puis s’être de nouveau nettement fait toucher.
 
La venue de Jordy Weiss, triple champion de l’Union Européenne évoluant dans la Mayenne sous les ordres de David Rebrassé, était pour les connaisseurs un gage de qualité concernant cette soirée, et cela a fait mouche ! Mais comme on le dit régulièrement dans le jargon pugilistique, « il faut être deux pour faire un beau combat », et le chartrain Christopher Legendre a pour le moins étonné de par sa prestation plus qu’aboutie ! Plus qu’un combat d’entretien pour le lavallois, ce fut un duel sans temps mort haletant de la première à la dernière seconde.
 
 
Enfin pour terminer, l’enfant du pays Charly Couedor – encadré pour l’occasion par son paternel Christophe – qui effectuait un come-back très suivi par la jeunesse locale a dû se défaire non sans mal du morbihanais très accrocheur Mickael Grousset. Une activité de tous les instants lui a permis de faire la différence lors d’une étape de parcours très formatrice.
 
 
Étant donné le succès de ce premier opus ayant convaincu tant les nombreux habitués de cette terre de boxe que les prestigieux partenaires de la station balnéaire réunis par la nouvelle figure du proue de la boxe anglaise dans le secteur, une deuxième édition est déjà programmée pour le mois de Décembre prochain avec à l’affiche un menu tout aussi copieux.
 
Texte et photos Maxime ERNOULT
 

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS