Joshua – Ruiz II : Joshua a t-il toujours faim ?

Battu contre toute attente par Andy Ruiz Jr à New York en juin dernier, Anthony Joshua joue gros dans une revanche programmée en Arabie Saoudite. Vainqueur, il récupérerait trois des quatre ceintures majeures de sa catégorie. Battu à nouveau, il laisserait à Deontay Wilder l’incontestable suprématie chez les Lourds et à Ruiz Jr le statut de N°2 bis à égalité avec Tyson Fury.

C’est l’histoire d’un regard ou plutôt la comparaison entre deux regards. Celui d’Andy Ruiz Jr au sol en juin dernier au Madison Square Garden de New York. Sérieusement touché le premier, l’Américano-Mexicain fixait son adversaire avec un petit sourire qui en disait long sur sa détermination et qui semblait vouloir dire « Bien joué mon gars, mais il va falloir en faire plus pour me sortir de ce combat ».

Une expression à comparer avec celle d’Anthony Joshua à la septième reprise. Un regard fuyant vers ses hommes de coin aussitôt après l’entame du troisième compte de l’arbitre contre lui et surtout une absence d’envie « d’y retourner », parfaitement perçue par Michael Griffin, ce qui n’empêcha pas le Britannique de sur-jouer l’incompréhension et le dépit au moment de l’arrêt prononcé par le directeur de combat.

Ce regard du boxeur qui « n’en veut plus » mais qui tient à ne surtout pas abandonner par lui-même. Cette indignation de façade qui sert à sauver l’honneur et à préserver la suite des évènements, les suiveurs de la boxe le connaissent et l’ont souvent vu y compris chez d’authentiques champions.

A la veille de la revanche face à Andy Ruiz Junior dans un stade flambant neuf construit par le royaume saoudien spécialement pour l’évènement, ce sont aux yeux de Joshua qu’il faut penser en se demandant : « En veut-il encore ? »

Superstar sans son pays où il est capable de remplir Wembley, Champion Olympique des Super-Lourds chez lui en 2012, puis Champion du Monde quatre ans plus tard et surtout tombeur de Wladimir Klitschko dans un combat épique en 2017, l’ancien maçon d’origine nigériane n’a plus jamais boxé au niveau qui lui avait permis de mettre un terme à la carrière de l’Ukrainien.

Victorieux néanmoins de ses trois challengers suivants, dont notre vaillant Carlos Takam, l’Anglais doit prouver qu’il n’est pas d’ores et déjà sur le déclin. Forcément prêt et bien entraîné, il possède la puissance pour abréger le combat contre n’importe quel adversaire, Andy Ruiz Jr compris. Mais s’il ne réussit pas à s’imposer dans les premières reprises et si Ruiz parvient par sa malice et sa vitesse de bras à imposer un combat dur, il sera temps de juger si Joshua a retrouvé l’étincelle, la faim ou « l’œil du tigre » qui lui avait fait défaut à New York.

Paul GIBERSZTAJN

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS