Joffrey Jacob: Avec le coeur !

C’est dans la salle Edgar Quinet que se tenait ce jeudi 20 juin le Gala de fin d’année de l’ABC Calais. A noter que c’était un retour aux sources pour l’ABC puisque c’est dans cette salle, délaissée ces derniers temps au profit de la salle Calypso plus moderne, qu’ont été écrites quelques-unes des lettres de noblesse de la saga Jacob.

C’est par un combat dans la catégorie des hommes fort que s’ouvrit la soirée.  Le néo-pro Alexande Coustre de Grand fort Phillipe (1V, 1Ko) fit un début en fanfare contre Farouk Kabouche d’Aire sur la Lys (3V, 3D). Alors que le début du combat était particulièrement engagé, sur un accrochage, Alexandre Coustre plaçait un crochet et expédiait Farouk Kabouche au sol. Après qu’il se soit difficilement relevé et quelques secondes de flottement l’arbitre laissa sa chance à Farouk Kabouche. Alexandre Coustre ne voulant laissait passer l’opportunité d’abréger se jeta sur son adversaire forçant l’arbitre à mettre fin au combat.

Pour la première fois à Calais un combat professionnel allait mettre au prise deux boxeuses. La locale Cassandra Crévecoeur (1V) faisait ainsi ses débuts contre la serbe Sandra Maran (0V, 4D). Un peu plus courte, Cassandra Crévecoeur mis d’entrée de jeux la marche avant sur son adversaire du soir. Mobile du buste et des épaules, garde haute, appuis solides, la calaisienne imposait un rythme élevé à la serbe qui tentait de contrôler les débats à distance. A partir de la troisième reprise, l’apprêté des échanges marquait le visage des boxeuses et plus particulièrement celui de Cassandra Crévecoeur. A l’issue de quatre reprises disputées, les juges, privilégiant l’activité accrue de Cassandra Crévecoeur, lui adjugeaient la victoire à l’unanimité.

Cassandra Crévecoeur, à droite, première femme à remporter un combat de boxe à Calais

Joffrey Jacob (19V, 1D,1N, 1Ko), dont ce ne fut que la troisième sortie en dix-huit mois, anima la tête d’affiche contre le bulgare Ilyan Markov Iliyan Markov (5V, 11D, 2N, 3 Ko). En recherche de sensations le calaisien controlait le premier round durant lequel les deux hommes se sont essentiellement observés. Appliqué bien qu’un peu tendu, Joffrey Jacob maitrisait de ses directs Ilyan Markov qui, par deux fois, crachait son protège-dents. Le calaisien semblait ensuite se libérer, jouant de ses déplacements et de son allonge. Le dernier professionnel de la famille Jacob se dirigeait vers une victoire au point dans un combat finalement assez serré. Néanmoins un enchainement de crochets de Markov, alors que le calaisien reculait, envoya ce dernier au sol au septième round. Debout mais visiblement mal remis, Joffrey Jacob n’opposait à la charge de Markov que sa garde. Alors que la salle hurlait son désarroi, Joffrey Jacob parvenait à se dégager, l’arbitre séparait ensuite les deux hommes pour des coups de têtes. Profitant de cet instant de répit, le calaisien reprenait ses esprits et fit montre de tout son cœur en acceptant la bagarre avec le bulgare qui, à son tour, semblait au bord du point de rupture. La cloche venait alors mettre fin aux débats, la salle vibrait sur ses fondations comme aux grandes heures des ainés Jacob. La huitième reprise allait être décisive ; elle fut intense. Joffrey Jacob parvenait à renverser la vapeur et, contraignant une nouvelle fois son adversaire à cracher son protège dent, bénéficiait d’un point d’avertissement. C’est finalement sur le score unanime de 76 à 74 que Joffrey remportait la décision.

Les lourds directs de Jacob ont largement participé à sa victoire

En clôture le calaisien Mikel Hodaj (5V, 1D, 0Ko) affrontait Jonathan Okito (3V,1D,1N, 2ko). Garde hermétique, Mikel Hodaj faisait jaillir son cinglant crochet gauche qui frappa plusieurs fois de plein fouet Jonathan Okito. Comprenant qu’il ne pouvait contrôler des échanges sporadiques, ce dernier se ruait sur son adversaire à l’appel du troisième round et emballait le combat. Cette nouvelle configuration gênait particulièrement Hodaj qui, bien que vaillant, subissait énormément. Jonathan Okito, plus actif, remportait assez logiquement le combat aux points.

A l’issue de la rencontre nous avons pu échanger quelques mots avec Joffrey Jacob.

NB : Bonsoir Joffrey peux-tu nous livrer tes sensations à la sortie du ring ?

JJ : Fatigué tout simplement, il me fallait un combat de ce genre pour me remettre dedans. Ça faisait plus d’un an que je n’ai pas vraiment combattu, le dernier s’étant arrêté à la deuxième reprise. J’ai eu un adversaire solide et ça m’a fait travailler.

NB : On t’a senti en effet en recherche de sensations tu étais d’abord crispé puis tu as pris tes marques et la distance avant ce passage au sol

JJ : En réalité à partir de la cinquième reprise je cherchai un peu mon second souffle. Le manque de ring se faisait sentir. J’ai eu quelques secondes d’inattention ensuite, il n’a pas été facile pour moi de rester lucide et concentré pendant huit rounds.

NB : Ta réaction fut néanmoins belle et tu as montré que tu avais du cœur

JJ : J’ai fait preuve de caractère, les épreuves que j’ai subies dans la vie m’ont probablement renforcé aussi. J’ai bien conscience que ce n’était pas le plus beau combat de ma carrière mais ce fut le plus abouti et pour moi le plus important.

NB : Tu as eu une saison compliquée, avec cette blessure consécutive à une agression l’été dernier, quels sont tes objectifs pour la saison prochaine ?

JJ : J’aimerai refaire un ou deux combats avant de tenter à nouveau un titre, je ne sais pas lequel. Pourquoi pas refaire un championnat de France qui est une très belle ceinture je trouve.

NB : As-tu quelque chose à ajouter ?

JJ : Simplement remercier les gens qui me suivent et aussi le public qui a été très fort ce soir.

 

Charles MERLEN 

 

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS