Goulamirian et Soro impériaux

Treize ans que la boxe n’avait plus investi l’ hôtelAccor Arena ex POPB et pour un retour ce fut un réel sucés avec de nombreuses personnalités du monde de la télévision et du spectacle qui avaient pris place au premier rang. Le premier ministre Mr Edouard Philippe en personne, grand amateur de boxe, avait fait le déplacement. Une salle comble et bruyante comme aux plus belles heures de la boxe dans ces lieux qui ont abrité tant de grands combats.

Arsen Goulamirian étrennait son titre mondial WBA des poids lourds-légers, il nous confiera sa satisfaction d’avoir renoué avec le ring en plus de se sentir dorénavant dans la peau du vrai champion WBA Super, un titre qu’il avait hérité après bien des péripéties. Son adversaire l’invaincu Australien Kane Watts n’était pas de nature à inquiéter un homme de la valeur de Goulamirian. Le Franco-Arménien progresse à chaque combat, il fait partie aujourd’hui des quatre meilleurs poids lourds-légers mondiaux. Watts pourtant classé à la 10eme place de la doyenne des fédérations mondiales fut réduit au rôle de partenaire de luxe tant Goulamirian s’est montré impérial.

Dés le premier round et les premiers échanges, il était acquis que l’Australien n’aurait d’autre issue que de durer. Un crochet gauche à la tête délivré par le champion et Watts accusait déjà le coup, une seconde frappe et il se retrouvait au tapis, sans être compté, l’arbitre ayant jugé le coup irrégulier. Chaque frappe de Goulamirian faisait passer le frisson, Watts tenait bon et répliquait mais son manque de puissance contrastait avec le punch du Français qui a amplement justifié son surnom de « Feroz ». Au 3ème round Goulamirian faisait vivre un enfer à l’Australien, acculé dans un coin, Watts encaissait une grêle de coups mais au prix d’un grand courage et grâce à ses facultés d’encaisser, il parvenait à laisser passer l’orage pour refaire surface en fin de reprise.
Goulamirian n’est pas qu’un démolisseur et il le démontrait rapidement en variant ses zones de frappe. Ses terribles coups à la face n’ayant pu « descendre » Watts, il décidait de travailler en bas et le premier crochet au foie fut fatal à l’Australien. Affalé sur le sol et plié en deux par la douleur, le courageux mais limité Kane Watts était dans l’impossibilité de se relever.

Si la victoire d’Arsen Goulamirian fut convaincante, on attend désormais de le voir face aux autres champions de la catégorie, Arsen ayant fait part de sa préférence pour le redoutable puncheur Cubain Y.Dorticos. « Feroz » devrait remonter sur le ring le 28 Décembre à Marseille. 


Le combat le plus attendu était le choc Franco-Français entre Michel Soro et Cédric Vitu avec pour enjeu la ceinture WBA Gold des poids super-welters détenue par Soro. La boxe aérienne contre la boxe rigoureuse et force est de constater qu’il n’y a pas eu  de suspense tant il y avait un écart de niveau entre les deux hommes. Michel Soro est au sommet de son art alors que Cédric Vitu semble sur la pente descendante. Usé par l’absence de plan de carrière, Vitu apparaît désabusé par rapport à son sport et ses performances s’en ressentent, à contrario Soro s’investit à 200% . Michel Soro a incontestablement franchi un palier, chaque coup est donné pour faire mal, il est précis et il frappe des deux mains. Vitu a tenté de bouger, tourner, une fois à gauche, une fois à droite, c’était mission impossible, Soro l’a cadré et ajusté . L’ex champion d’Europe a fait illusion lors des deux premiers rounds mais son absence des rings depuis le revers subi devant Brian Castano s’est rapidement fait ressentir.

Le visage rougi et marqué après seulement trois rounds reflétait l’impuissance du creillois à endiguer la marche en avant de Michel Soro. Implacablement, le villeurbannais accentuait sa pression, un terrible uppercut du droit puis deux droites en ligne faisaient très mal. Le combat devenait déséquilibré, d’autant plus que Soro excédé par les polémiques d’avant combat, prenait son temps, il appuyait tous ses coups. La 5éme reprise fut fatale à Cédric Vitu, un crochet du gauche le précipitait une première fois  au tapis. Soro poursuivait sa pression et il ne lâchait plus son rival, les coups s’abattaient sur Titi Vitu et l’arbitre arrêtait sagement la confrontation. Une nouvelle fois, Cédric  » Titi » Vitu a montré son immense courage, le Creillois n’aurait jamais abandonné si l’arbitre n’avait pas abrégé le combat.

Au delà du combat et tout ce qui l’a précédé, nous retiendrons la formidable image de deux champions respectueux s’étreignant comme deux amis qu’ils auraient pu être s’ils avaient évolué dans une catégorie de poids  différente. L’avenir de Michel Soro s’annonce intéressant, Sébastien Acariès a d’ores et déjà le regard porté vers E. Lara, champion régulier WBA. Cédric Vitu, un boxeur et un homme terriblement attachant, devrait poursuivre sa carrière avec probablement des objectifs revus à la baisse.

Dans la catégorie des super-moyens, Louis Kaway Toutin a encore fait parler la poudre en mettant KO au 1er round, le Mexicain Bruno Sandoval.  Un crochet gauche de Kaway à la face envoyait Sandoval au tapis, à peine relevé, un crochet droit qui assommait le Mexicain et Mr Robin Dolpierre arrêtait les frais en stoppant le combat.

Louis Toutin rêve d’une revanche avec le Russe Petro Ivanov pour remettre les pendules à l’heure.

En poids super-welters, Dylan Charrat s’est montré brillant et convaincant devant Johan Perez, un boxeur qui avait tenu la limite face à Sadam Ali  l’ex champion mondial. Rapide de bras et inspiré, Charrat a rapidement débordé son rival en usant de ses droites en bas. Perez fut pris de vitesse et c’est avec un crochet gauche à la face que Dylan Charrat a abrégé le combat. Le talentueux élève de Faycal Omrani est désormais co challenger au titre Européen (EBU) laissé vacant par l’Espagnol Sergio Garcia. Rappelons que Dylan Charrat détient la ceinture de l’union Européenne.

Lors du premier combat dans la catégorie des poids super-plumes féminin, Elhem Mekhaled avait battu par disqualification au 6eme round Gabriella Mezei. La boxeuse Hongroise avait écopé d’un avertissement pour accrochages au second round.

Ahmed El Moussaoui battu a battu par arrêt de l’arbitre à la 7eme reprise Dmitry Miliusha. Un superbe contre du droit à envoyé Miliusha au tapis au 2eme round. El Moussaoui a abrégé le combat avec un crochet gauche en bas. Compté, Miliusha fut incapable de pour suivre le combat.

Mr Eddie Gomes est le grand gagnant du jeu NetBoxe.com- Univent Boxing. Il a reçu les gants d’ Arsen Goulamirian,  dédicacés par le champion du monde WBA en personne. Bravo à lui !

 

Michel BEUVILLE photos Pierre GIROD

Un commentaire
  • Gad elamri
    23 novembre 2019 at 14 h 23 min
    Laisser un commentaire

    Magnifique combat merci.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    DERNIÈRES INFOS & NEWS

    ARTICLES RELATIFS