Arslanbek Makhmudov : « Être champion du monde c’est mon rêve »

Grand espoir de la catégorie des poids lourds, le Russe basé au Canada, Arslanbek Makhmudov est actuellement en vacances dans son pays natal. Il a accepté de prendre un peu de son temps libre pour répondre aux questions de Netboxe.
 

NB: Arslanbek, pouvez-vous nous dire quand et comment vous avez commencé la boxe?
Arslanbek Makhmudov: A vrai dire, j’ai toujours aimé combattre. Petit déjà, j’étais toujours en train de me bagarrer, à l’école, dehors… C’est à ce moment là que mon entourage familial  s’est dit qu’il serait intéressant de me mettre à la boxe. Mon père et ma mère étaient d’accord là dessus et comme j’avais un oncle qui faisait de la boxe c’est avec lui que j’ai fait mes premiers pas à la salle.

NB: Vous êtes considéré comme un grand espoir de la catégorie reine, certains vous voient déjà comme le futur champion du monde. Est-ce que vous ressentez une pression par rapport à ces attentes?
AM: Vous savez être champion du monde c’est mon rêve et si Dieu le veut, il deviendra réalité. Le fait que des gens croient en moi ne me met pas de pression particulière au contraire, je trouve ça normal. Tout autour de moi est réuni pour que j’arrive à atteindre cet objectif.

Crédit photo TVA Sports

NB: Votre dernier combat contre Jonathan Rice a duré plus longtemps que vos oppositions précédentes. Est-ce que c’était plus difficile que d’habitude? D’un point de vue cardio, vous sentez-vous déjà prêt pour tenir 12 rounds?
AM: C’est vrai que ça a duré plus longtemps mais vous savez je fais vraiment des grosses préparations avec des camps d’entraînement très intensifs. Physiquement j’ai vraiment l’impression que je pourrai tenir 10, 12 voire 20 rounds si il le fallait. Je n’ai pas de doute sur mon cardio car je fais vraiment le nécessaire à la salle pour avoir l’endurance qu’il faut pour ce genre de combat.

NB: Vous êtes maintenant à 8-0-0 (8 KO) et vous êtes détenteur de la ceinture continentale WBC. Quel est votre prochain challenge à court terme?
AM: Je ne suis pas encore certain sur le court terme mais de mon point de vue je pense être prêt à disputer et remporter une ceinture mondiale dans les deux années qui arrivent. Une fois de plus comme je vous l’ai dit je mets tout en œuvre pour y arriver. Je ne réfléchis pas forcément sur les échéances courtes et je garde en ligne de mire la réalisation de mon rêve, devenir champion du monde des poids lourds.

NB: Pour beaucoup de boxeurs, le but ultime c’est de combattre aux USA. Est-ce que c’est une opportunité qui vous intéresserait?
AM: Personnellement, je peux combattre partout mais c’est vrai que la boxe est vraiment très populaire aux USA et je serais vraiment ravi de combattre là bas. Cela reste le pays ou la boxe est le plus reconnue.

NB: Nous avons pu voir, sur les réseaux sociaux, que vous êtes rentré en Russie avec votre ceinture. Était-ce une fierté pour vous de rentrer à la maison avec ce titre?
AM: C’est une immense fierté d’être rentré à Mozdok avec ce titre. Les gens étaient réellement fiers de moi. J’ai senti que toute la ville était heureuse de ma réussite et ça m’encourage vraiment à continuer dans ce sens. J’étais encore plus heureux de voir que ma mère, mon père et mes oncles étaient fiers car ce sont les gens qui comptent le plus pour moi.

Crédit photo TVA Sports

NB: Revenons en à la Russie justement, comment expliquez-vous qu’il y ait un si grand nombre de combattants de renoms qui viennent du district du Caucase du Nord comme vous mais aussi votre partenaire Artur Beterbiev ou encore le champion de MMA, Khabib Nurmagomedov? Quel est votre secret?
AM: Il n’y a pas vraiment de secret, c’est surtout une question de mentalité. On est vraiment des guerriers dans l’âme. Je pense que cela vient d’une longue tradition martiale depuis des générations. Vous savez, ici les combattants sont très respectés. Si vous êtes un bon combattants que ce soit en boxe, en lutte ou en MMA vous aurez le respect de l’ensemble de votre ville et de la région.

NB: Arslanbek, merci d’avoir répondu à nos questions. Un mot pour les gens qui suivent votre parcours en France?
AM: Merci à vous pour l’interview. Je suis très content de voir que j’ai des supporters en France et j’espère pouvoir vous proposer encore de beaux combats. 

 
Nordine O.

Laisser un commentaire

*

*

DERNIÈRES INFOS & NEWS

ARTICLES RELATIFS