Arnaud Romera : « La Ligue veut revaloriser le titre de champion de France! »

Arnaud Romera, Président de la Ligue Professionnelle de Boxe depuis le 4 décembre 2018, souhaite revitaliser et restructurer la boxe professionnelle en France. Une perspective d’autant plus sérieuse que la Ligue est le gestionnaire des titres de Champions de France. De nouvelles mesures cristallisent cette volonté déterminée de revalorisation du titre national. Arnaud Romera plaide même à l’organisation pure et simple des ceintures nationales par la ligue afin de garantir à minima des combats obligatoires entre le champion et son challenger officiel. Exit les défenses dérogatoires et les combats trop déséquilibrés qui desservent la boxe! Explications avec le principal intéressé!

NB: Bonjour Arnaud, pouvez vous nous rappeler les objectifs principaux de la Ligue Professionnelle de Boxe ?
AR : La Ligue fut créée par la Ministère des Sports pour mieux encadrer la professionnalisation de la boxe anglaise. Nous avons pour mission d’assurer la gestion et la coordination de l’ensemble des activités de la boxe professionnelle. Notre volonté est d’optimiser l’ensemble de nos compétences, notamment dans la recherche de ressources pour amplifier la visibilité de notre discipline. Actuellement, nous travaillons par exemple sur la thématique des droits TV. Nous devons imiter certaines ligues professionnelles sur leurs capacités à commercialiser leurs compétences. ASO qui est l’organisateur du Tour de France verse annuellement plus de 300 000 € à la ligue nationale de cyclisme en contrepartie des compétences utilisées en faveur de l’événement. Nous comptons dupliquer ce modèle économique pour la ligue professionnelle de boxe parce qu’il est légitime de monétiser ce savoir-faire dans l’intérêt de notre sport. Ces recettes, à terme, nous permettrons de faire boxer nos boxeurs le plus régulièrement possible dans des conditions plus structurées, plus professionnelles.

NB : Quels sont vos rapports avec la Fédération Française de Boxe Anglaise ?
AR : Nous sommes sous la tutelle de la Fédération. C’est le comité directeur qui décide des axes stratégiques de la ligue. Nous bénéficions actuellement d’une bonne dynamique où tout le monde a conscience des mesures à orchestrer pour développer la boxe anglaise. Nous démarrons un processus qui sera visible sur le moyen/long terme.

 NB : Une nouvelle règlementation est en vigueur depuis le 15 avril 2019. Le champion de France aura dorénavant l’obligation de défendre son titre contre le challenger officiel tous les 4 mois au maximum, sans dérogation possible. C’est une révolution par rapport aux pratiques actuelles !
AR : Il est temps de revaloriser le titre de champion de France et c’est ce que l’on vise avec cette mesure ! On assiste depuis trop longtemps à une banalisation des titres bidons qui décrédibilisent les boxeurs. Le titre de champion de France ne peut pas être usurpé dans l’indifférence totale. Il doit être détenu par un champion prêt à défendre la ceinture le plus régulièrement possible.

 

 

NB : Autre mesure, le challenger qui refusera sa désignation de challenger sera rétrogradé au classement et sera inéligible pendant 1 an.
AR : Il faut avoir conscience que notre sport est malade ! Nous assistons trop souvent à des combats déséquilibrés, même en championnats de France. Pire encore, il existe une culture du forfait de dernière minute. Depuis le début d’année, en à peine quatre mois, nous avons déjà enregistré 5 forfaits de dernière minute pour le championnat de France. Cette situation n’est plus tenable, ni pour l’organisateur qui construit son plateau avec pour tête d’affiche le championnat de France, ni pour le public qui se sent lésé entre la promesse et le résultat, ni pour le boxeur qui se prépare sérieusement et qui se retrouve à boxer un adversaire au pied levé. Cette mesure se veut être un message ferme face à ces mauvaises pratiques. Le championnat de France, ce n’est pas n’importe quoi, c’est un titre d’élite où ce sont les meilleurs de France qui s’affrontent. Les boxeurs doivent comprendre que ce type de mesure vise à tirer la boxe vers le haut !

NB : La ligue nationale de boxe professionnelle pourra organiser ses propres galas. Est-ce que vous prévoyez d’organiser un plateau prochainement ?
AR : Oui, nous travaillons d’ores et déjà sur ce projet. Nous ciblons un premier gala vers septembre/octobre prochain. Pour résumer, à terme, la ligue sera l’organisateur de « la ligue 1 » de la boxe, donc l’organisateur des championnats de France. Les organisateurs indépendants feront quant eux la ligue des champions, donc les championnats d’Europe et du Monde.

 NB : Certains organisateurs disent que l’organisation du championnat de France est trop taxée par la ligue.
AR : Cet argument est une mauvaise plaisanterie. Concrètement l’organisation d’un championnat de France est « taxée » à hauteur de 800 € seulement. 800 € qui comprennent la conception et la livraison de la ceinture du Champion de France ! La taxe n’est pas un frein à l’organisation, elle est la garantie d’un accompagnement de qualité par la ligue.

NB : Finalement ces nouvelles mesures se veulent incitatives au niveau sportif, elles recentralisent le débat sur la valeur sportive du titre national.
AR : C’est cela ! C’est un travail qui portera ses fruits sur du moyen/long terme. C’est la volonté de restructurer le titre national en 3 étapes importantes. 1) Remettre des règles strictes et respectueuses. 2) Créer des conditions sportives pour revaloriser le titre de Champion de France. 3) Revaloriser financièrement le titre de Champion de France pour que les boxeurs soient mieux rémunérés.

 NB : Sur le très court terme, ces mesures seront très intéressantes à observer dans certaines catégories. Prenons par exemple la catégorie des super-moyens. Le champion est Gustave Tamba et le challenger Louis Toutin ? Puis arrive Mickaël Diallo… Bref de véritables chocs franco français en perspectives !
AR : A condition d’être licencié, c’est la base ! Les non licenciés sortent du classement du championnat de France. Toutin n’est pas licencié, il va donc sortir du classement et être inéligible au titre national pendant 1 an. Mickaël Diallo est par conséquent le nouveau challenger des super-moyens. Il a accepté cette position de challenger, il appartient dorénavant à leurs promoteurs de s’entendre pour concrétiser ce championnat dans les 4 mois.

NB : Autre exemple, la catégorie des poids lourds. Le champion est actuellement Raphaël Tronché. Pourtant, le boxeur le plus médiatisé est incontestablement le champion olympique des super-lourds Tony Yoka qui a d’ores et déjà annoncé sa volonté de disputer le titre national à son retour à la compétition prévu en juillet prochain. Admettons qu’il devienne challenger, sa valeur « commerciale » étant plus importante, il sera difficile pour le champion d’accepter une bourse inférieure au challenger malgré les nouvelles mesures en vigueur ?
AR : En effet, certaines affiches se monnayeront en prenant en considération le caractère exceptionnel des combattants. Les nouvelles mesures sont faites pour imposer une rencontre entre le champion et le challenger. Dans le cas d’un éventuel désistement entre Tronché et Yoka, le perdant sera celui qui se désistera, c’est aussi simple que cela. J’ose toutefois espérer, pour l’intérêt de la boxe et l’intérêt de leurs carrières qu’ils s’entendront pour un véritable choc franco français.

 

Yoann Cousin

Le 04/05/2019

 

2 Commentaires sur cet article.
  • René Jacquot
    7 mai 2019 at 17 h 24 min
    Laisser un commentaire

    Très bonne et belle approche

  • Rodriguez
    10 mai 2019 at 6 h 17 min
    Laisser un commentaire

    La Boxe est un sport olympique avec des infrastructures supérieurs a beaucoup d’autres disciplines, sa pratique est noble son développement le doit être aussi..elle a besoin de crédibilité, valoriser le championnat de france cest aussi valoriser les autres compétitions.. Critérium, Tournoi et Coupe..il ne devrait pas y avoir de championnat de France sans le passage obligatoire de ses trois compétitions.. Il y a beaucoup de confusion pa rapport aux niveaux des boxeurs et des compétitions elles mêmes.. Aujourd’hui avec un peu de sous chacun peux disputer et faire nimporte quoi.. être champion 🏆 de France, cest être champion d’un grand pays.. Pendant longtemps des décisions on été prises pas des incompétents et par intérêt.. N’importe quel néophyte devrait pouvoir voir et comprendre ce qui se passe sur un ring… Quelle niveau…et quel boxeur.?..pourquoi pas des sigles FFB sur les shorts ou sur le ring..? Il faut hiérarchiser les Niveaux et les respecter. la Boxe Professionnelle doit pouvoir porter son nom… Et la boxe amateur olympique aussi.. Je vous souhaite du courage, merci et bravo 👏 pour votre démarche… Au besoin je suis là. F. Rodriguez membre de la commission de Boxe Professionnelle de Normandie

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    DERNIÈRES INFOS & NEWS

    ARTICLES RELATIFS